Financement soins de Santé : Le Sénégal dans le 1er groupe, après le Rwanda

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp

Le financement des soins de santé est particulièrement “difficile” dans les pays fragiles, notamment en raison de la “faiblesse” des recettes perçues, selon la Banque mondiale. Dans un rapport préliminaire sur l’évaluation des politiques et des institutions en Afrique, rendu public hier, l’institution de Bretton Woods renseigne qu’à ce propos, le Rwanda s’est maintenu en tête du classement. Et le 1er groupe de pays classés après lui comprend le Cap-Vert, le Kenya, le Sénégal et l’Ouganda.

Le rapport préliminaire de la Banque mondiale (BM) sur l’évaluation des politiques et des institutions en Afrique, intitulé “Sauvegarder le capital humain pendant et après la Covid-19”, révèle que le financement des soins de santé est “particulièrement difficile” dans les pays fragiles, notamment en raison de la “faiblesse” des recettes perçues. Dans plusieurs pays fragiles d’Afrique, le document rendu public hier indique qu’il “n’existe pas de système formel” de financement de la santé, qui collecte des revenus pour payer les services de soins de santé, ni de système national d’assurance maladie, sauf pour les fonctionnaires. “Les dépenses personnelles des ménages sont élevées par rapport à leurs revenus. À leur tour, les dépenses personnelles élevées limitent l’accès aux services de santé et exposent la population à un risque élevé de catastrophe financière. Dans la plupart des pays, les principaux facteurs de dépense sont les coûts des médicaments et des fournitures médicales, suivis par les coûts des soins ambulatoires”, explique le rapport de l’institution de Bretton Woods.

Ainsi, la même source informe qu’à ce propos, le Rwanda s’est maintenu en tête du classement. Sa note globale de 4,0 n’a toutefois pas évolué au cours des trois dernières années. “Le premier groupe de pays classés après le Rwanda comprend le Cap-Vert, dont la note globale est de 3,8, le Kenya, le Sénégal et l’Ouganda, avec chacun la note globale de 3,7 ; notes identiques à l’année précédente. Suivent le Bénin et le Ghana, dont la note globale est montée de 3,5 en 2018 à 3,6 en 2019, et le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, l’Éthiopie et la Tanzanie, avec chacun une note globale de 3,5. Ces pays bien placés sur l’échelle de l’évaluation des politiques et des institutions nationales (CPIA) possèdent également les économies dont la croissance est la plus rapide de la région”, rapporte la BM.

Le groupe suivant est constitué du Mali, du Niger et de la Mauritanie, avec respectivement une note globale de 3,4. Il ressort également de cette évaluation que le Nigeria, dont l’économie est la plus importante de la région, est resté dans le groupe des pays “moyennement performants”, avec une note globale de 3,2.

La Banque mondiale signale aussi que l’Afrique subsaharienne présente “non seulement un déficit” de couverture des services de santé, mais les dépenses de santé publique sont également “bien inférieures” aux niveaux recommandés. Tandis que dans certains pays, les dépenses de santé à la charge des patients sont élevées. “Les dépenses totales de santé par habitant au cours de l’année la plus récente pour laquelle des données sont disponibles, s’élevaient à 32 USD, soit moins de la moitié du niveau recommandé par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour les pays à faible revenu (86 USD). Le financement de la santé est principalement assuré par le budget et souvent par des donateurs internationaux”

Contrairement à la Zambie, la BM note que les dépenses personnelles au Sénégal sont élevées. Puisqu’en 2016, elles totalisent 51 % des dépenses de santé courantes. Pour le Nigeria, les dépenses de santé courantes par habitant sont en baisse depuis 2014, tandis que les dépenses personnelles sont très élevées, soit 77 % des dépenses de santé courantes (DSC).

Lire Plus:  Sénégal: La renaissance énergétique
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Plus Populaires