Au Sénégal, le plus grand projet d’éclairage solaire au monde

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp

50 000. C’est le nombre de lampadaires publics autonomes qui seront installés d’ici fin 2021 dans les rues du Sénégal. Ce projet d’envergure, est le plus important du secteur de l’éclairage solaire jusqu’alors jamais réalisé dans le monde.

Conduit par la société Fonroche Lighting, plus qu’un équipement en lumière éco-responsable, c’est un apport de vie. Travail, éducation, activités sociales ou culturelles… Déjà plus de 23 000 candélabres autonomes accompagnent le développement des quartiers du pays.

Les sénégalais, femmes, hommes, enfants, étudiants, commerçants ou marins pêcheurs ils voient en cet éclairage solaire bien plus qu’une simple lumière.

Développement économique du Sénégal

Les activités économiques n’ont plus de limite. Le déploiement des lampadaires solaires Fonroche Lighting permet aux commerçants, pêcheurs ou guides touristiques, etc., d’élargir leurs plages horaires d’activité pour augmenter leurs revenus. Le flux lumineux assure leur sécurité à la nuit tombée, après 18 heures et leur offre la visibilité nécessaire :

« Avant je n’avais qu’une petite lumière, les gens ne me voyaient pas. Vendre même un seul sandwich c’était dur. Grâce aux lampadaires, nous pouvons rester ouverts jusqu’à 23h et même vendre plus de 10 sandwichs. » nous explique une commerçante de Dakar. « Je travaille pour mes enfants. Grâce à ce que je vends, je nourris mes quatre enfants. »

Éducation : uniformiser les chances sur le territoire

Le développement d’un pays passe également par l’éducation scolaire des plus jeunes. L’installation de candélabres publics autonomes dans plusieurs quartiers du Sénégal donne aux élèves et étudiants une chance d’étudier le soir sous la lumière des réverbères solaires. Les inégalités d’accès à la scolarité sur le territoire se voient alors réduites et l’épanouissement de cette jeunesse se fait ressentir. Ce désenclavement est en faveur du développement économique des régions éloignées de la capitale.

« Quand il y avait une coupure d’électricité nos enfants ne pouvaient pas étudier. À présent ils peuvent sortir dehors et étudier avec les lampadaires. C’est une vraie chance. »

Un vaste programme d’État pour les villes sénégalaises

Des économies budgétaires favorables

Les communes sénégalaises accueillent elles aussi positivement ces lampadaires solaires durables. Ils assurent un éclairage 365 nuits par an, sans coupure de courant ni facture d’électricité. Les charges liées à l’éclairage public sont beaucoup moins élevées qu’avec un équipement conventionnel, ce qui permet d’injecter cette économie budgétaire d’en d’autres domaines, comme la scolarité.

Pour rappel, l’investissement dans un éclairage photovoltaïque est aujourd’hui plus économique qu’un équipement connecté au réseau, car le coût de l’énergie renouvelable a atteint la parité réseau face au marché de l’électricité. Désormais, sécuriser un kilomètre de voirie avec une solution solaire revient à 25% moins cher qu’avec une installation filaire.

Qui dit lumière dit sécurité

La sécurité. C’est le mot-clé de ces témoignages recueillis dans le pays. Les lampadaires solaires sont un vecteur essentiel pour lutter contre les agressions, les vols, l’insécurité, etc. Ils redonnent confiance aux citoyens pour sortir le soir, exercer leurs activités économiques mais également culturelles ou religieuses.

L’apport de lumière au Sénégal est perçu comme un cercle vertueux positif : les sénégalais se sentent en sécurité, et c’est toute une économie qui est mise en accélérée. Chaque nuit, ce sont 20 000 sénégalais de plus qui sont éclairés.

Lire Plus:  Avec le coronavirus, le masque africain fait sa révolution
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp

2 réflexions sur “Au Sénégal, le plus grand projet d’éclairage solaire au monde”

  1. Ne pas oublier de nettoyer les panneaux solaires. Sinon dans un an après l hyvernage actuel, ça ne marchera plus. La poussière qui s accumulera fera perdre 70/100 du rendement. AUTREMENT DIT : pas d entretien, pas de pérennité du systeme

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Plus Populaires