Sénégal : interview d’Amadou Gallo Fall, président de la Basketball Africa League

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp

Après une première saison marquée par le Covid-19, la Basketball Africa League est repartie sur de solides bases. D’abord à Dakar puis au Caire, les deux tournois éliminatoires ont laissé de fortes impressions. Et avant la phase finale à Kigali, au Rwanda, le président de la BAL dresse un tableau plutôt reluisant.

« Le feedback que nous avons reçu à l’issue de ces deux étapes est très positif et puis beaucoup d’engagement au niveau des supporteurs, de tout le monde, des matchs qui sont retransmis dans 215 pays à travers le monde et des centaines de millions de fans qui sont engagés à travers les réseaux sociaux et nos plateformes digitales. C’est encourageant. Il y a encore énormément de travail à faire, mais, en tout cas, nous continuons de voir des signes très encourageants», explique Amadou Gallo Fall, président de la Basketball Africa League.

Des signes encourageants, mais surtout un signal fort en direction des pays africains. Car au-delà du basket, c’est toute une industrie qui se façonne. Pour le patron de la BAL, les gains pour le continent restent donc énormes.

« D’abord la motivation que beaucoup de pays vont avoir pour accélérer l’édification des infrastructures multifonctionnelles de ce genre et le développement d’une industrie autour du sport. Et cette industrie va évidemment générer des revenus mais aussi créer des emplois surtout pour les jeunes et commencer à intégrer aussi les femmes dans l’industrie du sport», poursuit Amadou Gallo Fall.

Les femmes, mais également les jeunes. Une jeunesse qui incarne l’avenir du basket continental qui veut profiter pleinement des retombées de ce sport.

« C’est une industrie qui génère des milliards et des milliards de dollars à travers le monde, mais la part de l’Afrique est toujours infime. Donc, l’opportunité que nous avons, c’est justement que l’Afrique puisse se tailler beaucoup plus respectable vu que l’Afrique est le plus grand pourvoyeur de talents.»

Pour le président de la BAL, cela passe donc par le maintien d’une grande majorité de ces talents sur le continent. Qui sait, peut-être que l’Afrique est le futur eldorado du basketball mondial.

Lire Plus:  Sénégal – Ligue 1 : Cheikh Gueye, nouvel entraîneur de l’ASC Jaraaf
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Le Plus Populaires