Un potager dans le désert au Sénégal qui sauve la planète

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp

Gora N’Diaye est un précurseur : il fait pousser des légumes sur une terre desséchée au milieu du désert. Sa ferme a tout d’une oasis, mais c’est aussi une école et un espoir pour les habitants de sa région, à Samba Dia.

Avec ses pieds de manioc par dizaines, ses légumes et fruits, difficile de croire que cette ferme a poussé sur le désert tant la nature y est abondante. « C’est très important, ca attire les oiseaux, les abeilles« , dit Gora N’diaye, fondateur de la ferme école de Kaydara. Il y a quinze ans, il n’y avait rien d’autre que du sable. Tout est sorti de terre par la volonté de Gora, autodidacte et pionnier de l’agro-écologie en Afrique. « C’était désertique, il n’y avait pas un seul arbre ici. Tout était sec et c’était même un terrain de football pour les jeunes du village.« 

Gora N’Diaye plante son premier cocotier puis des dizaines d’autres. Cette terre qui était abandonné se révèle être une des meilleure et des plus positives.

Rassuré par la présence de l’eau à 4 mètres en sous-sol, Gora N’Diaye rachète cette terre pour une bouchée de pain. il commence à la faire revivre. « Il n’y avait rien du tout, il a fallut restaurer la fertilité du sol, créer le premier étage végétal avec les arbres ».

Il est le premier a avoir adopté la permaculture au Sénégal, ce concept qui vise a créer une multitude de petits écosysteme où par exemple les arbres favorise l’éclosion d’autres cultures végétales en retenant l’humidité. De la laitue, des oignons, une production multi étage.

Le tout sans aucun produit chimique, l’autre avantage est de permettre d’avoir des récoltes toute l’année et donc de permettre au paysan des revenus réguliers.

A travers son expérience, Gora N’Diaye entend bien mener un combat contre les cultures traditionnelles du Sénégal, l’arachide, le mil, le riz des mono culture qui sont responsables de la désertification à travers la destruction des arbres. Et pour l’aider à mener ce combat, Gora N’Diaye a également transformé sa ferme en école.

Chaque année une vingtaine d’élèves est ainsi formé à l’agro écologie, et reçoivent une parcelle d’un hectare après leur formation pour s’installer. Une quarantaine d’anciens élèves de Gora N’Diaye sont aujourd’hui installés dans différentes régions du pays. La démonstration qu’une autre agriculture est possible au Sénégal dans le respect de la terre et de l’environnement.

Lire Plus:  La femme sénégalaise : une femme moderne, une femme féministe, une femme libre !
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Plus Populaires