Le Sénégal dit STOP à la pollution plastique !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Des enfants ramassent des plastiques sur une plage sénégalaise

Le Sénégal produit 250 000 tonnes de déchets plastiques chaque année. Face à un tel constat, l’Etat a immédiatement réagit en faisant passer une loi contre les sacs plastiques en 2015. Certains industriels tentent de résister et au sein de la population aussi, les mauvaises habitudes ont la vie dure. Désormais les magasins et supermarchés qui mettent à disposition des sacs en plastique pourraient se voir infliger une amende de 75 euros.

L’amélioration du cadre de vie des sénégalais et des touristes a été définie, cette année, comme l’une des priorités du gouvernement. Dans la capitale, des activistes tentent de lutter contre les incivilités et de sensibiliser à la question environnementale.

Ces militants lancent des initiatives à leur échelle et organisent des « opérations nettoyage » dans la capitale et les grandes villes. Les initiatives citoyennes fleurissent pour prendre en charge l’assainissement et le nettoyage de leurs quartiers, pour un Sénégal propre et sans déchets.

Un gérant de bar sur une des plages de Dakar a décidé de remplacer les bouteilles en plastique par du verre et incite les habitants à ramasser leurs déchets. Près de 34 pays du continent Africain ont déjà adopté des restrictions et sanctions en cas d’utilisation de sacs plastique.

Un autre activiste pour la préservation de l’environnement, surnommé l’éco-guerrier Sénégalais, milite pour amener les populations à préserver l’environnement par l’adoption d’une habitude simple : éviter de jeter les ordures et déchets plastiques dans les rues. Il se rend régulièrement dans les écoles pour sensibiliser les enfants sur les dangers de la pollution plastique dans l’océan et sur la faune.

“C’est ce qui cause tous les problèmes, toutes les catastrophes que vous voyez dans le monde, c’est un manque de volonté Il faut que les gens sachent que l‘État ne peut pas tout faire parce que ce ne sont pas les autorités qui apportent tout cela (les déchets) ici, mais les gens. C’est leur lieu de travail, c’est leur dépotoir, c’est ici qu’ils le font. Juste n’importe quoi. “Déclare l’activiste anti-plastique.

Plusieurs responsables et tenanciers de magasins et entreprises commerciales évoquent des alternatives aux plastiques, en proposant des sacs « Kraft » (sac en papier).

Véritable prise de conscience des dangers du plastique

On assiste à une véritable prise de conscience au sein de la population sénégalaise qui s’étend même sur les réseaux sociaux avec un nouvel hastag le #trashtag qui lance un challenge devenu viral. Le défi est simple : se prendre en photo devant un espace sale rempli de déchets et renouveler l’expérience une fois l’endroit complétement nettoyé. Plutôt qu’un challenge qui vient polluer les réseaux sociaux, en voilà un qui veut dépolluer la planète.

Des initiatives qui donnent un véritable espoir !

Lire Plus:  Dakar accueillera son Grand Carnaval en novembre
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

magazine terra senegal

Le Plus Populaires