Sénégal : Le CNRF incite les acteurs de la recherche forestière à avoir comme défi une contribution au renouvellement d’espèces menacées

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp

Le Sénégal a célébré, dimanche 7 août 2022, la 39ème édition de la journée nationale de l’arbre sous le thème : « PSE vert, vecteur d’un développement communautaire durable » et dont l’arbre parrain le Caïlcédrat (de son nom Khaya senegalensis) a été saisie par le ministère de l’environnement et du développement durable pour revenir sur la volonté du gouvernement de promouvoir la croissance verte et résiliente au changement climatique.

Laquelle volonté ne peut se faire qu’à travers une mobilisation du potentiel d’investissement vert dans le secteur de l’économie à l’horizon 2035. Aussi, il s’agit à travers cette journée de sensibiliser les populations sénégalaises sur l’importance de l’arbre dans l’environnement pour une meilleure amélioration des conditions de vie.

C’est ce qu’a compris le directeur général du Centre national de recherches forestières de l’Institut sénégalais de recherches agricoles (CNRF/ISRA), Tamsir Mbaye qui a vu institut organiser cette Journée nationale de l’arbre ce lundi 8 août 2022 dans ses locaux.  

Comme chaque année, le Centre national de recherches forestières organise la « Journée de l’arbre ». Ainsi, cette année, dans l’optique de la reconstitution et de la gestion durable des écosystèmes forestiers et agroforestiers, le CNRF a mené des activités de sensibilisation de la population sénégalaise sur l’importance de l’arbre pour son environnement et l’amélioration de ses conditions de vie, à l’instar des autres structures nationales.

« L’arbre parrain de cette année, le « Khaya senegalensis », est une espèce forestière fortement exploitée comme bois d’œuvre et de service. Également utilisée en médecine traditionnelle, cette pression anthropique menace de disparition l’espèce. Il faut donc la protéger et améliorer sa sylviculture », a plaidé le directeur du CNRF.                

Poursuivant son allocution, Tamsir Mbaye a laissé entendre que « la recherche forestière de l’ISRA a voulu contribuer à la Journée de l’arbre en incitant les acteurs de la recherche forestière à avoir comme défi une contribution au renouvellement d’espèces de valeur qui se raréfient mais également contribuer par la mise en place de stratégies de conservation et de renouvellement ».

L’espèce Khaya comme d’autres espèces de valeur sont menacées de disparition. Le Sénégal perd annuellement 40 000 hectares de forêts. Ce qui constitue une grosse perte pour la biodiversité, a ajouté l’expert Sénégal.

A l’en croire, au niveau forestière, il faut qu’il y ait un financement souverain de ces activités prioritaires pour le renouvellement des espèces forestières dans les écosystèmes agro-forestier et forestier. Pour ce faire, « la recherche a besoin de moyens dans le long terme parce que la recherche forestière n’est pas une recherche qui se fait sur du temps court. C’est une recherche qui se fait sur le moyen et long terme et requiert des moyens financiers et techniques assez conséquents », a expliqué M. Mbaye.  

Suffisant pour le CNRF de solliciter un accompagnement de l’Etat du Sénégal dans le financement d’activités souveraines de recherche forestière ».

Signalons que les ressources forestières contribuent grandement à la résilience des communautés surtout par le biais des services éco systémiques, les services de régulations, les services d’approvisionnement comme les autres services. Dès fois, c’est même une contribution très insuffisamment évaluée. Dans le même temps, les communautés soumises de plus en plus aux effets pervers des changements climatiques ont besoin de préserver leur patrimoine forestier pour plus de résilience. C’est dans ce sens que la recherche forestière joue un rôle extrêmement important permettant aux services des Eaux et forêt d’avoir des innovations techniques pour continuer à améliorer la situation des forêts du Sénégal.

Lors de cette journée, le CNRF a procédé au reboisement symbolique de quelques pieds de l’arbre parrain notamment le Caïlcédrat ou le Khaya senegalensis.

Lire Plus:  Routes et autoroutes : « Le Sénégal dans le Top 10 des meilleurs réseaux africains »
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Le Plus Populaires