Sénégal : 825 millions de dollars pour l’emploi des jeunes

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp

Pour résoudre la question de l’emploi des jeunes, le président Sénégalais Macky Sall a rappelé le déblocage d’un fond d’urgence de 450 milliards de franc CFA (825 millions de dollars), à l’occasion d’un Conseil présidentiel pour les orientations du « Programme d’urgence pour l’emploi et l’insertion des jeunes », ouvert jeudi à Dakar.

Une somme initiale de 350 milliards francs CFA (641 millions de dollars) avait été décidée suite aux manifestations ayant secoué le pays en mars dernier, pour résoudre la question de l’emploi des jeunes, sur la période 2021-2023, avant d’être revue à la hausse.

Le président Macky Sall avait indiqué qu’il avait compris le message.

« Je tiens à ce que ce programme soit pragmatique et orienté vers l’action, mais opérationnel de façon diligente à l’échelle nationale. Il devra répondre aux exigences d’inclusion d’équité territoriale et de justice sociale », a indiqué Sall dans son discours d’ouverture.

« Nous voulons mesurer nos acquis, identifier nos contraintes, corriger nos insuffisances et améliorer nos performances. Il s’agit de dialoguer, de réfléchir et d’interroger nos pratiques afin de convenir de nouvelles dynamiques pour faire plus et mieux », a poursuivi le président de la République.

C’est le conseil national de la jeunesse (CNJ) par la voix de ses présidents régionaux qui a fait l’état des lieux, décliné les potentialités, relevé les opportunités pour chacune des 14 régions du pays.

Lire Plus:  Fisha Sénégal lance un challenge pour financer un poste de santé

« Dakar condense tous les problèmes du Sénégal. La région fait face à une problématique de scolarisation, de formation mais aussi de formalisation de certains jeunes désirant entrer dans le marché de l’emploi », a indiqué Moussa Tine, président du conseil régional de la jeunesse de Dakar.

Fara Ndiaye du CNJ de Saint Louis (région nord) a évoqué le problème d’accès à la terre et le manque d’équipements comme contraintes majeures dans la région où l’agriculture occupe 35.9% de la population.

« Aujourd’hui c’est une nécessité d’impliquer la jeunesse dans tous les programmes pour vaincre le sous-emploi », a insisté Ndiaye.

Plusieurs membres du gouvernement ainsi que des structures en charge du financement des jeunes prennent part à la rencontre, qui doit aboutir à des recommandations pour des actions concrètes, en fin de journée.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Plus Populaires