Mbar Toubab, , une classe pas comme les autres, dans une école pas comme les autres

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp

Faire reverdir le Sahel tout en améliorant les conditions de vie des populations et les chances de réussite scolaire des enfants, est l’une des facettes de l’ambitieux projet panafricain de la Grande Muraille Verte. C’est à quoi s’attelle un petit village du nord du Sénégal qui accueille, dans sa seule école, les enfants de toutes les localités environnantes.

Dans le village de Mbar Toubab, le projet de la Grande Muraille Verte prend forme. La localité abrite non seulement la base de l’Agence nationale de la GMV, composée de quelques petits bâtiments mais aussi un château d’eau, un poste de santé et une école publique. C’est le seul établissement scolaire de la zone. 

Ce matin, la classe se déroule dans le jardin de l’établissement scolaire. Sous un soleil ardent, les élèves appliquent sur le terrain les apprentissages théoriques. Chaque groupe d’élèves effectue sa tache sous l’œil attentif du Directeur d’école et d’un maître. Les uns, règle en main, calculent les espacements requis avant d’enfouir dans le sol les végétaux sélectionnés. Les autres sarclent ou arrosent la terre aride. 

En effet, dès l’école primaire, les enfants sont initiés aux enjeux de leur localité face à l’avancée du désert. Ils savent que leur jardin est une contribution à l’édification de la Grande Muraille Verte qui, du Sénégal à Djibouti, permettra d’arrêter l’avancée du désert. 

« On participe vraiment à l’éducation environnementale des enfants car nous sommes en zone semi-désertique », explique Maïram Niang, la seule femme de l’équipe pédagogique. « Avec l’accord de la grande muraille qui a beaucoup fait pour l’école, on essaye de sensibiliser les élèves qui vont servir plus tard de relai ».

L’Afrique, confrontée aux problématiques de la désertification, de la dégradation des terres et du changement climatique a mis en place l’Initiative de la Grande Muraille Verte à la fin des années 2000. C’est une bande de plus de 7.500 kilomètres qui traverse l’Afrique, du Sénégal à Djibouti. Par une approche multisectorielle, holistique et écosystémique, ce projet prévoit de planter des arbres pour freiner l’avancée du désert. Des mécanismes et instruments innovants sont élaborés et divers axes de coopération identifiés, tout en se concentrant sur des projets communautaires. 

Lire Plus:  Sénégal : Des milliers de jeunes formés au numérique gratuitement

La grande muraille augmente les chances des enfants de fréquenter l’école

La population dans cette région du Sénégal, est principalement composée d’éleveurs. Ici, la transhumance est le mode de vie des familles Peuhles toujours à la recherche de nouveaux pâturages pour le bétail. 

Avec le projet de Grande Muraille Verte, les parcelles reboisées permettent d’obtenir sur place du fourrage additionnel pour les animaux. Les habitants sont non seulement autorisés à y faire paitre leurs animaux mais sont sensibilisés à la gestion durable de la ressource. 

Pour le Directeur de l’école, « la grande muraille a été un atout pour fixer les populations ». Ibrahima Diawara estime que sans ce projet l’école n’aurait pas été viable. « Elle a été créée en 1998 mais a été gelée à deux reprises avant de l’être une troisième fois de 2006 à 2014. Alors que les populations étaient toujours là, les effectifs ne dépassaient pas 6 élèves. Avec le retour de la Grande Muraille Verte, cela a été un atout pour rendre l’école plus dynamique avec 150 élèves aujourd’hui inscrits ». 

Avec un taux de 100% de réussite à l’examen de fin de cycle primaire et la première place au niveau régional du concours international de dictée de la fondation Paul Gérin Lajoie, l’année dernière, l’école affiche ses succès. 

Ces résultats sont le fruit de la participation de tous les acteurs : l’Agence nationale de la Grande Muraille qui offre des logements aux enseignants et appuie l’école, le poste de santé qui soigne gratuitement tous les écoliers et les parents qui participent au comité de gestion de l’école.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Le Plus Populaires