A Saint-Louis du Sénégal, un jardin thérapeutique pour les hommes et la nature

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp

Inscrit dans le projet de la Grande Muraille verte, ce jardin servira à collecter des plantes résistantes à la sécheresse, comestibles et aux vertus thérapeutiques, afin de les multiplier puis de les réintroduire dans la bande sahélienne.

C’est une oasis de verdure dans le paysage aride du nord du Sénégal, à la frontière avec la Mauritanie et son désert. A une dizaine de kilomètres de l’île historique de Saint-Louis, une ferme agricole pédagogique et de recherche est accolée à l’université Gaston-Berger (UGB). Entre les pépinières et les champs de légumes maraîchers se dressent acacias, jatrophas et moringas, des arbres médicinaux qui font partie du projet de jardin botanique et thérapeutique porté par trois professeurs de l’université de Saint-Louis.

Financé par l’Observatoire hommes-milieux international (OHMI) Téssékéré, une structure de recherche interdisciplinaire qui permet un échange de savoirs entre scientifiques des pays du Nord et du Sud, ce jardin en devenir s’inscrit dans le projet de la Grande Muraille verte. Cette dernière, portée par l’Union africaine, vise à restaurer une bande végétale de 15 kilomètres de large sur 7 600 kilomètres de long, à travers onze pays (du Sénégal à Djibouti), afin de lutter contre la désertification dans la bande sahélienne.

Le médecin et professeur Sidy Mohamed Seck pose dans le jardin thérapeutique et botanique à l’Université Gaston Berger de Saint Louis

« Le manque d’appropriation par les populations est la grosse faiblesse de la Grande Muraille verte », estime le docteur Sidy Mohamed Seck, maître de conférences agrégé en néphrologie à l’UGB et l’un des initiateurs du projet. « Elles ne voient pas l’intérêt direct de planter des arbres puis de les protéger et de les entretenir, car l’impact sur le changement climatique n’est pas visible immédiatement. L’idée est donc de les motiver en plantant des arbres aux propriétés médicinales et alimentaires, qui leur permettent de se soigner et de se nourrir. »

Sélection de dix plantes

Le jardin thérapeutique n’en est qu’à ses débuts, et les équipes de l’université attendent encore d’avoir tout le matériel pour lancer les semis et les boutures nécessaires au développement de la pépinière. Une fois que les plants auront poussé, l’objectif est de les transférer dans une partie de la ferme agricole, où ils resteront le temps de se renforcer et de s’adapter au climat avant d’être réintroduits dans la zone de la Grande Muraille verte.

« C’est intéressant de le faire à Saint-Louis, car nous avons le même climat, sec et aride, que celui qui prévaut sur le tracé de la Grande Muraille verte. C’est un bon endroit pour expérimenter l’acclimatation de certaines espèces », explique le docteur Seck. Au total, dix plantes adaptées au climat sahélien ont été sélectionnées, parmi lesquelles le jatropha ou pourghère, un arbuste qui pousse dans les zones semi-arides.

En plus de pouvoir produire du biocarburant avec l’huile extraite de ses graines, les populations utilisent sa sève, un latex translucide qui cicatrise les plaies ou soigne les diarrhées. « Cette plante était utilisée pour former les haies, mais, avec l’urbanisation et l’usage croissant des grillages, elle se fait de plus en plus rare », note le médecin, qui s’est spécialisé dans la phytothérapie depuis une dizaine d’années.

Autre plante star, le vernonia est surnommé « docteur » au Sénégal, tant ses vertus thérapeutiques sont nombreuses : il est préconisé en cas de fatigue, diabète, infections, problèmes de digestion ou cholestérol… Riche en polyphénols qui agissent sur le système cardio-vasculaire et la réparation cellulaire, le vernonia contribue à la santé du système respiratoire.

Outil de recherche essentiel

Dans la ferme agricole, une allée de moringa a également commencé à produire des gousses dont les étudiants viendront récolter les graines ailées que le professeur César Bassène manipule d’une main. Enseignant-chercheur en sciences agronomiques spécialisé en botanique, il est un des porteurs de ce projet : « Le moringa est résistant, facile à répliquer et nutritif. Il est utilisé contre le diabète et ses graines purifient l’eau de mauvaise qualité. C’est une plante à usages multiples ! », s’enthousiasme-t-il.

Graines de Moringa dont on extrait de l’huile cet, arbre connu pour ses vertues thérapeutiques, au jardin thérapeutique et botanique à l’Université Gaston Berger de Saint Louis.

Ce spécialiste voudrait aller au-delà des dix plantes actuellement sélectionnées. « Nous visons une trentaine d’espèces afin de créer une véritable collection de plantes rares, en voie d’extinction ou menacées à cause de la déforestation et de l’urbanisation », explique-t-il, regrettant le manque d’espace et de moyens disponibles pour développer le projet.

« L’UGB est la deuxième université du Sénégal, mais elle n’a pas de jardin botanique, qui est pourtant un outil pédagogique et de recherche essentiel. Nous souhaitons conserver les plantes vivantes du nord du Sénégal, mais aussi introduire des espèces locales et exotiques afin de les étudier et gérer la biodiversité du monde végétal », poursuit-il.

Des techniciens jardiniers désherbent un champs d’arachides à l’aide d’une hilaire dans le jardin thérapeutique et botanique à l’Université Gaston Berger de Saint Louis

Ses ambitions sont grandes : protection des espèces rares, étude de la botanique et de la pharmacie des végétaux, recherche sur l’adaptation des espèces exotiques, expérimentation de modes de multiplication, protection de la diversité, enseignement et sensibilisation pour lutter contre la déforestation et la surexploitation, ouverture du jardin aux jeunes et aux étudiants, confection d’un herbier et d’une banque de semences… « Mais, pour effectuer toutes ces missions, nous avons besoin de nouveaux partenaires financiers », souligne le professeur Bassène.

Le partenariat avec l’OHMI comprend déjà une formation destinée aux populations locales et aux étudiants sur l’utilisation des dix plantes désignées, ainsi qu’une initiation à l’industrie agroalimentaire. Les étudiants en médecine sont aussi intégrés au projet pour leur permettre de renforcer leurs connaissances des plantes. L’objectif est que le savoir populaire devienne une réalité scientifique.

Lire Plus:  Ce que l’Etat du Sénégal va gagner avec la renégociation du contrat de concession de l’autoroute à péage
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Plus Populaires