Sénégal : l’Institut Pasteur ouvrira un centre de formation dans la fabrication de vaccin

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp

L’Afrique reste en retard dans la production de vaccins. L’Union africaine ambitionne de produire au moins 60% de la consommation du continent sur place. Cette ambition qui connaît l’appui d’organisations continentales et internationales nécessite une ressource humaine qualifiée, en quantité.   

L’Institut Pasteur de Dakar (IPD) au Sénégal et la Fondation MasterCard ont annoncé le jeudi 1er juin un partenariat visant à développer la main-d’œuvre pour la fabrication de vaccins en Afrique. Le partenariat dénommé Manufacturing in Africa for Disease Immunization and Building Autonomy (MADIBA) va établir un centre d’excellence en formation spécialisées dans la recherche, la fabrication, la production et la distribution de vaccins.

Dans le cadre de ce partenariat, l’IPD développera un programme de formation spécialisé pour le continent africain. Celui-ci vise à former des cohortes de jeunes Africains talentueux de tout le continent, avec un objectif d’enrôler 40% de femmes.

« Ce partenariat entre la Fondation MasterCard et IPD renforcera le développement du capital humain pour la bioproduction en Afrique. Le projet est un pilier crucial pour l’équité et l’autonomie en matière de vaccins et un moteur important pour la création d’emplois hautement qualifiés parmi les jeunes et les femmes africaines. Notre objectif est de former une main-d’œuvre pour MADIBA et d’autres fabricants de vaccins africains, de développer des partenariats avec des universités africaines et de promouvoir l’enseignement des sciences auprès des jeunes étudiants », a déclaré Amadou Sall, le PDG d’IPD.

En Afrique moins d’un pour cent des vaccins administrés sur le continent sont fabriqués localement. L’objectif de l’Union africaine est de répondre à 60 % des besoins en vaccins de l’Afrique d’ici 2040. Pour atteindre cet objectif, le continent a besoin de 9 000 à 14 000 employés à temps plein dans les rôles de fabrication et de recherche de vaccins.

Le projet bénéficie d’une enveloppe de 45 millions de dollars et intégrera des acteurs clés de l’écosystème tels que des experts mondiaux, des universités et des fabricants pour aborder le développement des compétences requises pour des fonctions hautement spécialisées, y compris la production de vaccins, l’assurance qualité, la chaîne d’approvisionnement, l’approvisionnement et les essais cliniques.

Les diplômés du programme de formation MADIBA contribueront au succès d’autres installations de fabrication, contribuant ainsi à un effet multiplicateur et à la transformation des capacités de fabrication de vaccins sur le continent.

Lire Plus:  Journée mondiale de lutte contre le Sida: le Sénégal organise un Post-AFRAVIH
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Plus Populaires