Le Sénégal lance la première plateforme à but non-lucratif, de tests de diagnostic rapide

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp

L’institut Pasteur de Dakar vient de lancer une plateforme à but non-lucratif baptisée “DiaTropix”, pour des tests de diagnostic rapide à la Covid-19 et d’autres pathologies.

Le projet DiaTropix est le fruit d’une collaboration avec Mologic, une société britannique de biotechnologie, lancée en mars 2020. L’objectif est de produire près de deux millions de kits de tests rapides par an. Les kits de test de diagnostic Covid-19 en question sont portables et abordables et donnent des résultats en quelques minutes, indiquent les médias sénégalais.

Ils seront d’abord disponibles sur le continent par l’intermédiaire des gouvernements et des organisations de santé comme les Centres africains pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC Afrique), a déclaré le directeur de l’Institut Pasteur à Dakar et de DiaTropix, Amadou Sall.

“C’est une technologie très simple, comme un test de grossesse que vous pouvez utiliser partout au niveau communautaire, ce qui est important pour l’Afrique”, avait-t-il déclaré, auparavant.

Les autorités sénégalaises veulent, en encourageant de telles initiatives à garantir aux citoyens un accès équitable aux services de santé, gage de développement durable du capital humain, d’après le maire de la commune de Yoff (la plus étendue des communes de Dakar située au nord-ouest de la capitale), qui s’exprimait à la cérémonie de lancement de la plateforme.

Lire Plus:  Coronavirus au Sénégal, les mesures du gouvernement font l'unanimité

Durant la pandémie, le Sénégal a opté pour une approche multisectorielle et une stratégie décentralisée.

Trente-neuf (39) centres de traitement de malades de la Covid-19 répartis sur le territoire national, mais aussi des laboratoires ont été mis en place à Dakar, Kolda, Touba, Diourbel, Kédougou, Matam, Tambacounda, Richard Toll, Ziguinchor, Kaolack et à Thiès.

Les diagnostics au point deviennent de plus en plus importants pour les laboratoires alors que le nombre de cas dans le monde ne cesse d’accroître.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Plus Populaires