Tech –Dakar, le grand laboratoire

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp

« Un marché restreint, compétitif, un excellent laboratoire pour lancer une idée ! » C’est ainsi que l’entrepreneur Omar Cissé évalue la position de Dakar en matière d’attractivité pour les entreprises de la tech.

« Ici, quelle que soit votre idée, cinq autres personnes auront la même. Si votre affaire tourne, vous savez que vous pouvez vous ouvrir à d’autres marchés », estime l’entrepreneur de 42 ans, qui, avec son groupe de services financiers sur mobile, a conquis de nombreux marchés, dont la Côte d’Ivoire.

Pour soutenir les structures les plus fragiles, le Sénégal s’est doté d’une agence spécialisée, la Délégation générale à l’entrepreneuriat rapide (DER). Son fonds consacré à l’économie numérique accompagne, grâce à une enveloppe de 3 milliards de F CFA (4,5 millions d’euros), une quarantaine de jeunes pousses. Bientôt, un Startup Act devrait venir booster cet écosystème, avec une batterie de mesures : armistice fiscal de six ans avec une forte réduction de l’impôt sur les sociétés pour les structures labellisées, réduction des charges sociales, avantages fiscaux pour les incubateurs…

Le parc Diamniadio prévu pour 2021

Le pays peut déjà se reposer sur des infrastructures de qualité : couverture de la 4G dans toutes les capitales régionales, plus de 100 % de pénétration mobile. « Dans la sous-région, le Sénégal est technologiquement en avance », affirme Thierno Sakho, directeur de l’investissement à la DER. Il reconnaît toutefois les points forts d’une Côte d’Ivoire « beaucoup plus business friendly ». De l’avis des professionnels, le cadre de vie de Dakar, la stabilité institutionnelle et la fameuse téranga peuvent toutefois faire pencher la balance du côté du Sénégal en matière d’attractivité.

Pour attirer les leaders internationaux et encourager ses PME, le pays mise sur son parc des technologies numériques de Diamniadio, qui devrait sortir de terre d’ici à 2021. Ce centre de 25 ha est destiné à attirer les grands noms de la tech, grâce à des infrastructures de télécoms modernes et des centres d’hébergement de données et de formation ; le français Atos doit notamment y installer une plateforme numérique.

Lire Plus:  Paris et Dakar, Deux smart cities en Devenir
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

magazine terra senegal

Le Plus Populaires