Startupact au Sénégal ou l’accélération de l’entrepreneuriat

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp

Le Sénégal poursuit son combat  pour un entrepreneuriat sûr et efficace grâce  à un écosystème soudé, performant et soucieux d’un environnement propice pour le développement des PME/Startups.

Cela s’explique par la formalisation du projet  “startupact”  lancé l’année dernière et dont les fruits ont donné naissance à une nouvelle ère axée par un allégement fiscal pour les petites entreprises qui  auront droit à un congé fiscal de trois ans sur leurs salaires minimums et sur l’impôt sur les sociétés.

Cette mesure, qui vise à accélérer l’innovation locale et la transformation économique durable, n’est qu’une des nombreuses mesures prévues par le Sénégal Startup Act, adoptée à la quasi-unanimité par l’Assemblée nationale en décembre 2019.

La genèse de “Startup Act” ou Sen Startup Act

Le “Sen Startup Act” est le résultat de 19 mois de co-création menées par i4policy, avec plus de 1000 participants des secteurs public et privé sénégalais. Il est issu d’un processus inclusif de co-création d’i4policy, connu sous le nom Innovation for Policy Process.

Selon un communiqué parvenu à socialnetlink “il s’agit d’un cadre itératif pour la réforme des politiques publiques qui les optimise en élevant les connaissances et les préférences des utilisateurs, des analystes et des décideurs politiques par le biais de délibérations, d’examens d’experts et de participation inclusive.

Le gouvernement a utilisé un chatbot sur Facebook pour solliciter les réactions des citoyens entrepreneurs sur la loi, et plus de cinquante réunions de co-création ont été organisées.

Selon Malick Ndiaye, ancien directeur de Cabinet du ministère de l’économie numérique et membre du collège de l’Agence de Régulation des Télécoms, «soutenir un secteur innovant signifie aussi innover dans le processus normatif.»

Le processus législatif inclusif a été soutenu par la Présidence de la République, sous la direction de sa Délégation à l’Entrepreneuriat Rapide (DER/FJ), qui a réuni une coalition de citoyens pour la co-création du Startup act avec des experts de la Banque mondiale, du Cabinet Carapaces, un important cabinet d’avocats local, et des dirigeants de l’écosystème entrepreneurial, en plein épanouissement, du Sénégal.

Lire Plus:  Une nouvelle école dédiée à l’intelligence artificielle à Dakar
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Plus Populaires