Sénégal : Sonatel acquiert la première licence 5G pour 58,7 millions USD

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp

Sonatel a commencé à se préparer pour la 5G dès 2020. En décembre 2021, la société a confirmé sa capacité à fournir l’ultra haut débit avec un second test réussi de la technologie. De plus, Orange, un des principaux actionnaires de Sonatel, a ouvert un laboratoire 5G au Sénégal en juillet 2022. 

L’opérateur historique de télécommunications sénégalais Sonatel pourra bientôt lancer son réseau mobile de cinquième génération (5G) commercial dans le pays. L’Autorité de régulation des télécommunications et des postes (ARTP) a dévoilé, le lundi 17 juillet, avoir attribué une licence d’exploitation provisoire à la société pour 34,5 milliards de francs CFA (58,7 millions USD). La ressource est soumise à l’approbation du président de la République du Sénégal.

C’est le 31 mai dernier que l’ARTP a lancé un appel public à candidatures pour l’attribution des licences d’exploitation de la 5G au Sénégal. A l’issue du processus, seul Sonatel s’est vu accorder la licence pour son offre technique conforme et son offre financière d’un montant global de 34,5 milliards FCFA, ce qui est nettement supérieur au prix de réserve fixé à 19,5 milliards de FCFA. Saga Africa Holding Limited (Free) et Expresso Sénégal ont vu leurs offres rejetées pour non-conformité. Les deux opérateurs ont proposé respectivement 3 milliards FCFA et 2 milliards FCFA.

L’ARTP se rapproche ainsi de son objectif de déployer la 5G commerciale au Sénégal avant la fin de l’année 2023. L’initiative s’inscrit dans le cadre de la volonté du gouvernement sénégalais de renforcer la connectivité à très haut débit ainsi que les usages numériques dans le pays, conformément au Projet d’accélération de l’économie numérique (PAEN). Le projet est financé à hauteur de 150 millions $ par la Banque mondiale.

L’avènement de la 5G au Sénégal devrait entre autres permettre de répondre à la demande croissante des consommateurs en connectivité haut débit et aux nouveaux modes de consommation numérique issus notamment de la Covid-19. L’ultra haut débit facilitera l’utilisation de l’e-learning, l’e-gouvernement, la vidéo 3D, la télémédecine, la réalité virtuelle et la réalité augmentée, le streaming, l’intelligence artificielle, l’Internet des objets (IdO)…

Lire Plus:  Dakar à la conquête de lendemains innovants
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Plus Populaires