La Grande Mosquée de Djenné entre dans la modernité

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp

 

Commencé avant l’aube, le crépissage du bâtiment, un chef-d’œuvre de l’architecture soudano-sahélienne et l’un des plus grands monuments en terre du monde, s’est achevé dès 9h (heure locale et GMT) grâce à la participation de toute la population de la ville, en effervescence.

 

Un crépissage annuel avec du banco

 
 Visages et vêtements couverts de boue, les jeunes de la ville s’en sont donné à cœur joie pour renouveler le revêtement du monument. La bâtisse la plus célèbre du Mali est située sur une éminence, au centre de la cité baignée par le Bani, un affluent du fleuve Niger, à environ 500 kilomètres de la capitale Bamako.

 

 

Un homme transporte le banco, mélange de terre et d’eau avec du son de riz, du beurre de karité et de la poudre de baobab, pour le revêtement annuel de la Grande Mosquée de Djenné dans le centre du Mali, le 28 avril 2019. (MICHELE CATTANI / AFP)

Lire Plus:  "Le virus " une mini-série sénégalaise pour divertir et faire de la prévention face au coronavirus

Ce crépissage annuel avec du banco, un savant mélange de terre et d’eau, avec du son de riz, du beurre de karité et de la poudre de baobab, fabriqué par les habitants, permet de protéger la mosquée des intempéries avant la saison des pluies, parfois violentes.

« La mosquée de Djenné est un symbole de cohésion sociale puisque chaque année, l’ensemble de la communauté participe aux travaux d’entretien, facteur de lien intercommunautaire et expression du savoir vivre-ensemble », a expliqué le maire de Djenné, Balassiné Yaro.

« Aujourd’hui, c’est un grand jour car cela n’arrive qu’une seule fois par an. Nous le considérons comme une grande fête et ça implique tout le monde : les vieux, les jeunes, les enfants », s’est félicité Alpha Moye Diakité, l’imam de la mosquée.

Conformément à la tradition, une cérémonie de bénédiction a suivi le crépissage. Mais cette année, la modernité a accompagné la tradition, avec l’adjonction d’un système d’alimentation de la grande mosquée en électricité, obtenue à partir de l’énergie solaire.

La ville de Djenné, qui compte une trentaine de milliers d’habitants et qui a préservé ses maisons traditionnelles en banco, est inscrite depuis 1988 par l’Unesco sur la liste du patrimoine mondial.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Plus Populaires