Des oeuvres d’art en souvenir du coronavirus au Sénégal

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp

Six mois après son apparition, le nouveau coronavirus a fait naître de nouvelles idées dans plusieurs domaines comme la mode, la musique mais aussi dans la peinture. Au Sénégal, Soly Cisse travaille sur une série de tableaux qui témoigne, selon lui, des changements sismiques dans la façon dont les gens interagissent en ce moment. Il pense que les oeuvres d’art réalisées pendant la pandémie gagneront leur place dans les musées.

Bien que la Biennale de Dakar qui devait se tenir cette année au mois de Mai soit annulée, en raison du coronavirus, cet artiste Sénégalais de renommée internationale n’a pas déposé ses pinceaux. la distanciation physique, la transmission communautaire et la mise en quarantaine sont des thèmes abordés dans sa nouvelle série baptisée : corona.

Pour lui la pandémie de covid-19 a radicalement changé sa façon de peindre et son interprétation du monde « je remarque que depuis un moment que mes personnages sont séparés entre eux, et ca donne une autre lecture de mon travail, parce que j’aimais accumuler les personnages, superposer, il y avait un aspect social très important pour montrer que nous avons un lien entre nous, mais là on n’a pas le choix, c’est comme si on nous imposer l’écart, cette distanciation, et nous sommes obligés de faire avec »

Alors que le monde entier se débat contre un ennemi invisible, Soly Cisse le décrit comme un adversaire indomptable omniprésent qui a redéfini la façon dont les individus se perçoivent les uns, les autres. Ses pensées, ses émotions, l’artiste les reflete sur cette toile qui dit-il « est le témoin de cette époque de coronavirus ».

Lire Plus:  Le Thiebou dieun bientôt reconnu comme patrimoine immatériel de l’UNESCO?

« là on est en train de reproduire le vécu, ce sont des choses qui sont là, qui existent, et qui sont hélas la réalité; donc nous faisons que représenter ce que nous ressentons »‘

Les effets de la pandémie seront profonds, d’où la nécessité de marquer cette période de l’histoire qui restera gravée dans les mémoires.

« Ces peintures sont des peintures témoins d’une période extremement difficile, qu’on n’est pas prêt d’oublier, pour moi, ce seront des oeuvres qui vont rester dans les musées »

Le nouveau coronavirus ne cesse donc d’alimenter l’imagination de ces artistes africains, qui espèrent se réunir en 2022 pour une exposition dans la capitale Sénégalaise.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Plus Populaires