Sénégal: un œil sur l’état d’avancement des travaux d’exploitation du pétrole et du gaz

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp

Au Sénégal, les choses se précisent sur l’exploitation du gisement pétrolier de Sangomar découvert en 2014 à 100 km du Sud de Dakar, mais aussi GTA  (Grand Tortue/Ahmeyin) et Yaakar-Teranga. Dès 2023, le pays va entrer en production et conformément aux prévisions officielles annoncées, c’est 100 barils par jour qui sont attendus lors de la première phase d’exploitation.

M. Thierno Seydou Ly, ancien Directeur des Hydrocarbures, actuel DG de PETROSEN E&P, est revenu sur l’état d’avancement des travaux ainsi que l’impact des exploitations pétrolières et gazières sur les populations.

« Les travaux du projet Sangomar ont débuté depuis janvier 2020. Au moment où nous parlons, le taux d’exécution est évalué à plus 55%. Nous attendons les premiers barils au courant du 4e trimestre de 2023. Et nous évaluons les quantités qui seront produites, 75. 000 et 100.000 barils par jour », a fait savoir M. Ly, dans une vidéo partagée le ministère du Pétrole et des Energies.

Pour ce qui est du GTA, ce projet a été démarré un peu plus tôt en février 2019. Le directeur des Hydrocarbures renseignent que « les travaux sont exécutés à travers le monde, mais également au niveau du Sénégal où les chantiers ont été réalisés au niveau du port.

« Au moment où nous parlons, le taux d’exécution des travaux est évalué à plus de 75%. Et là aussi, nous attendons les premiers mètres cubes de gaz avant la fin de l’année 2023. Et pour la première phase, nous comptons produire plus de 2,3 millions de tonnes de gaz par an, principalement destinées à l’exportation. Mais il y a une provision d’environ 35 millions m3 de gaz qui est réservée à la consommation locale pour faire de la production d’électricité ».

Concernant Yakaar Téranga, l’Etat est actuellement au niveau de la phase d’étude et d’exploitation pour « définir le concept de développement qui permettra de mettre en œuvre la stratégie Gaz to power ». Selon toujours M. Ly, pour cette première phase, « nous comptons produire environ 150.000 millions de m3 de gaz par jour qui seront destinés à la production d’électricité qui permettront de réduire la facture d’électricité »

A l’en croire, les études avancent et ils comptent prendre la décision finale d’investissement d’ici 2023.  Pour cette phase, les premiers mètre cube de gaz sont attendus à l’horizon 2024.

Lire Plus:  La livraison du projet d’eau potable Yenne-Popenguine prévue pour mai 2021
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Le Plus Populaires