Sénégal : près de 4 milliards FCFA de la FAO pour la résilience et la reforestation des territoires et des écosystèmes

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a tenu ce mardi à Dakar la première rencontre du comité de pilotage (COPIL) du Projet de résilience et de reforestation pour la sauvegarde des territoires et des écosystèmes du Sénégal (RIPOSTES). Cette première réunion a pour but de montrer les grandes orientations du projet, valider le plan de travail et le budget annuel (PTBA) pour l’année 2022.

La rencontre a permis d’échanger sur les enjeux et les défis à relever en matière de gouvernance pour l’édification de la Grande muraille verte ainsi que la contribution attendue du projet en matière de résilience des communautés et des écosystèmes face aux changements climatiques et pour le développement socio-économique du Sénégal.

Le projet RIPOSTES dont l’enveloppe s’élève à 6 millions d’euros (près de 4 milliards FCFA) pour une durée de 5 ans, a démarré officiellement le 1er février 2021 et devra couvrir, les zones écogéographiques du bassin arachidier (régions de Fatick et Kaffrine) et sylvovasporale (Régions de Louga et Matam).

« Le Sénégal est confronté depuis quelques décennies à une dégradation de ses terres et de ses écosystèmes, résultante d’actions anthropiques telles que la coupe illicite de bois, l’expansion des terres de culture et exacerbées dans leur ensemble par les effets adverses du dérèglement climatique. Aujourd’hui, ce phénomène touche plus de 34 % des terres de toutes les zones écogéographiques et engendre d’importantes répercussions sur le plan socio-économique (CSE, 2019) », a déclaré le représentant de Adbou Karim Sall, ministre de l’Environnement et du Développement Durable.

Pour inverser cette tendance et parvenir à la neutralité en matière de dégradation des sols, le projet RIPOSTES viendra impulser cette dynamique et contribuer au renforcement des capacités d’adaptation des communautés face aux changements climatiques et à l’atténuation de leurs effets sur les terres et les écosystèmes », a-t-il expliqué.

Sur la même lancée, il a affirmé que le portage du Projet RIPOSTES par l’Agence sénégalaise de la Reforestation et de Grande Muraille verte (ASERGMV) doit contribuer tout autant à la création d’éco-des villages et de villes vertes et devra participer à la relance Post Covid-19 de l’économie nationale à travers notamment la promotion de chaînes de valeur et de filières vertes en plus de la création d’emplois verts ainsi pour garantir la sécurité alimentaire.

Par conséquent, il vient renforcer « les actions de l’Etat du Sénégal pour maintenir les principaux services écosystémiques pour ainsi améliorer la résilience des systèmes naturels et humains face aux changements climatiques à travers notamment l’amélioration de la gouvernance et la mise en œuvre d’interventions d’envergure de gestion durable des terres. Le Projet est exécuté sous la modalité dite d’ « exécution directe » et est placé sous la tutelle du Ministère de l’Environnement et du Développement Durable à travers ASERGMV.

L’objectif global de cette première rencontre du comité de pilotage du projet est de valider les grandes orientations du projet et d’assurer une appropriation des objectifs et d’approuver le plan de travail et le budget annuel (PTBA) proposés pour l’année 2022. Il s’agira spécifiquement : d’informer les membres du Comité de pilotage sur les enjeux en matière de résilience et de reforestation intensive pour l’édification de la Grande Muraille Verte, d’échanger sur les rôles et responsabilités des parties prenantes et de présenter le PTBA2022 pour son approbation.

Présent lors de la rencontre, Lénaïc Georgelin, chef d’équipe « Connectivité et Investissements durables », de la délégation de l’Union européenne au Sénégal a loué cette initiative. « Nous souhaitons à travers ce projet mobiliser toutes les énergies, toutes les compétences et tous les talents. C’est ainsi que de nombreux partenaires sont sollicités et impliqués dans la mise en œuvre de l’action. En effet, RIPOSTES matérialise notre engagement commun pour faire de la lutte contre la désertification et de la gestion durable des terres une priorité absolue, autour du projet panafricain fédérateur de la Grande Muraille Verte. Dans un contexte de changement climatique et de vulnérabilité croissante des populations, nous nous félicitons que ce projet puisse apporter des réponses concrètes aux défis auxquels nous sommes confrontés ».

Enfin, il a félicité l’engagement constant des autorités sénégalaises sur ces thématiques, comme en témoignent les avancées notables réalisées par l’Agence Sénégalaise de la Reforestation et de la Grande Muraille Verte, désormais installée dans de nouveaux locaux et avec à sa tête un nouveau Directeur Général, Oumar Abdoulaye Ba.

Lire Plus:  64 milliards Fcfa pour atténuer les effets du coronavirus sur l'économie
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Plus Populaires