Sénégal : de hauts responsables de la BAD saluent les programmes d’entrepreneuriat des jeunes et des femmes qui transforment les conditions de vie

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp

 Deux vice-présidents du Groupe de la BAD, Beth Dunford (Agriculture, Développement humain et social) et Solomon Quaynor (Secteur privé, Infrastructure et Industrialisation) saluent les programmes d’entrepreneuriat des jeunes et des femmes qui augmentent les revenus et renforcent la sécurité sociale des femmes et des jeunes au Sénégal.

Beth Dunford et Solomon Quaynor accompagnés de Martha Phiri, directrice du Département du capital humain, de la jeunesse et du développement des compétences et Mohamed Cherif, responsable pays de la Banque au Sénégal, ont exprimé leur satisfaction après avoir visité le 19 mars 2022 des projets financés par la Banque africaine de développement au Sénégal. 

À la Délégation générale à l’entreprenariat rapide des femmes et des jeunes, le ministre délégué général sortant, Pape Amadou Sarr et son équipe ont présenté le Projet d’appui et de valorisation des initiatives entrepreneuriales des femmes et des jeunes phase I (PAVIE) financé par la Banque à hauteur de 70 millions de dollars. Ce projet, mis en œuvre par la Délégation générale à l’entreprenariat des femmes et des jeunes, facilite l’accès rapide et à des conditions souples aux financements de projets portés par des femmes et des jeunes. Le projet assure également un accompagnement technique des bénéficiaires aussi bien dans leurs métiers cibles que dans la gestion de leur entreprise. Selon les responsables du projet, plus de 12 713 jeunes et femmes porteurs d’initiatives entrepreneuriales, ont bénéficié d’un appui technique et financier du projet, ce qui a abouti à la création de 65 860 emplois (34 990 emplois directs et 30 870 emplois indirects).

La visite du marché central au poisson de Pikine, dans la banlieue dakaroise, a été une occasion d’échanger avec des femmes mareyeuses qui bénéficient de financements du projet, à travers un système de nanocrédit. Le marché a été aménagé par le projet, et les bénéficiaires ont été dotés d’une fabrique de glaces et de camions frigorifiques. Le projet a également assuré la formation des mareyeuses regroupées au sein d’une fédération de 1 700 personnes.

« Nous avons pendant longtemps vécu la tyrannie des intermédiaires du secteur qui abusaient de notre vulnérabilité. Ils nous prêtaient de l’argent à des taux trop élevés, relève Mme Adjia Fatou Touré, présidente de la fédération des femmes bénéficiaires du projet. Mais depuis la mise en place de ce bureau de nanocrédit en 2020 par la Délégation générale à l’entreprenariat des femmes et des jeunes, notre situation a positivement changé. Le projet nous donne accès à des financements compris entre 15 dollars et 500 dollars avec des conditionnalités de remboursement assez souples. Il nous a permis de développer nos activités en conservant et en commercialisant nos produits partout au Sénégal ainsi que dans certains pays voisins tels que la Gambie ».

Les hauts responsables de la Banque ont également visité la société « Mburu », une entreprise novatrice composée d’une plateforme de fabrication de pain et de pâtisserie à base de matières premières locales, financée pour 82 000 dollars par le projet. « Ce financement nous a permis de développer notre entreprise, créer une plateforme digitale de commercialisation de nos produits qui sont fabriqués, en substituant le blé avec les farines de maïs, de mil, de sorgho, de tubercules, et en recrutant des femmes pour assurer la production », a expliqué Mme Isseu Diop Sakho, responsable de la société.

Beth Dunford et Solomon Quaynor et leur délégation ont également visité une start-up de design et de textile financée par le projet pour un montant de 65 000 dollars. Cette entreprise sert de pôle de formation pour les jeunes et les femmes dans les métiers du textile. Elle aide les bénéficiaires à exporter des produits finis de qualité en Afrique et ailleurs dans le monde.

Ils se sont rendus également dans une fabrique de produits cosmétiques bio, qui doit prochainement bénéficier d’un appui du programme « Action affirmative pour le financement de l’entreprenariat féminin en Afrique (AFAWA, sigle en anglais) de la Banque.

« Les jeunes et les femmes ont un esprit d’initiative et la volonté de développer des activités porteuses de croissance ; mais ils font face à des obstacles pour accéder aux financements, au renforcement de leurs capacités techniques et managériales, a déclaré à l’issue de la visite, Beth Dunford. L’exemple du Projet d’appui et de valorisation des initiatives entrepreneuriales des femmes et des jeunes est à suivre pour leur permettre de démarrer et développer leurs projets d’entreprise. » 

S’adressant à l’équipe de la Délégation générale à l’entreprenariat des femmes et des jeunes, le vice-président Solomon Quaynor a déclaré : « Vous ne pouviez imaginer qu’en développant ce modèle pour le Sénégal vous l’avez aussi fait pour l’Afrique. Nous vous en remercions et nous allons en tirer des leçons. »

Le responsable pays de la Banque au Sénégal Mohamed Cherif a assuré que la Délégation générale à l’entreprenariat des femmes et des jeunes est très importante pour aider à la création d’emplois pour les femmes et les jeunes. « Nous sommes heureux d’être ici et nous continuerons à travailler avec vous », a-t-il affirmé.

Lire Plus:  Conseil de l’UIT : le Sénégal officialise sa candidature pour la période 2023-2026

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Le Plus Populaires