Eau et assainissement : La BEI octroie 138 millions d’euros au Sénégal

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp


Alors que le Sénégal fait face depuis plusieurs années à d’importantes pénuries d’eau et de déficit en infrastructures d’assainissement liquide et solide, l’Union européenne, par le biais de la Banque européenne d’investissement (BEI) vient de lui apporter un important soutien allant dans le sens de la résolution de ses difficultés.

En effet, la BEI promet au gouvernement du Sénégal un financement de 138 millions d’euros. L’objectif est de l’accompagner pour la réalisation de projets d’eau et d’assainissement.

«Il y a six mois, les inondations qui se sont abattues tragiquement sur le Sénégal ont illustré la vulnérabilité du pays face aux phénomènes météorologiques extrêmes, et au besoin d’avoir une approche intégrée couvrant à la fois l’eau et les déchets solides. «Aujourd’hui, le nouvel appui de la BEI dans ces deux secteurs contribue à préserver l’environnement et à renforcer la résilience du pays face à la pandémie et au changement climatique», a déclaré Ambroise Fayolle, Vice-président de la BEI.

Les villes concernés pour la desserte en eau potable sont Saint-Louis au nord du pays, Kaolack au centre et Kolda au sud. Le gouvernement du Sénégal espère avec ce financement faciliter l’accès à l’eau des populations en réalisant davantage de branchements sociaux, notamment à l’intérieur du pays.

En chiffres, l’objectif recherché est de permettre à quelque 634.000 habitants d’être connectés au réseau d’eau courante, soit l’équivalent de la population d’une ville comme Thiès. Il est également prévu d’effectuer jusqu’à 35.000 branchements pour desservir 350.000 personnes environ. A cela s’ajoute 4000 autres branchements subventionnés dans les trois villes cibles.

Lire Plus:  Ali Bongo, Macky Sall, Moussa Faki, les premières réactions africaines à la victoire de Joe Biden

Afin d’améliorer la gestion intégrée des déchets solides dans les villes du nord, du centre et de la Casamance, l’accord de financement appuiera également le projet «Sénégal Déchets Solides & Covid-19». Celui-ci vise à améliorer le taux de collecte des déchets solides dans plusieurs villes du pays, en le faisant passer au-dessus des 30% : ce qui bénéficiera à 20% de la population sénégalaise, soit 3,2 millions de personnes.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Plus Populaires